Les abeilles melipones

Les abeilles mélipones : des abeilles fascinantes
par Fantine Badeau

(Extrait d’À propos lice n°25 – Juillet 2020)

Les particularités des abeilles sans aiguillon
Les abeilles sans aiguillon sont des abeilles qui n’ont pas la même classification taxonomique que les abeilles domestiques élevées en apiculture. Elles sont de tribu meliponini, contrairement à apis mellifera qui est du tribu apinini. Il existe ensuite
de nombreux genres différents, comme les meliponas ou les trigonas, et de nombreuses espèces pour chaque genre. On connaît environ 500 espèces d’abeilles sans dard dans le monde. Elles sont présentes dans les zones tropicales sur tous continents, excepté l’Europe. On observe une grande diversité de morphologie des abeilles due au grand nombre d’espèces différentes.
Ces abeilles sont des insectes hautement sociaux, qui vivent donc en colonies organisées. Elles ont la particularité de ne pas pouvoir piquer et produisent un miel hautement médicinal.

L’organisation du nid
Du fait du nombre important d’espèces, on observe une grande diversité de nids. Certaines abeilles choisissent de s’installer dans des cavités, principalement dans des arbres creux, mais également dans des murs. Certaines espèces ont la particularité de creuser leurs nids dans le sol, parfois à proximité d’arbres particuliers. D’autres construisent des nids dans les arbres, semblables à des nids de guêpes, avec une matière proche du papier mâché plutôt fragile, ou alors en terre. Enfin certaines abeilles utilisent des nids d’oiseau, de fourmis ou de termites abandonnés. Certaines peuvent même cohabiter avec des fourmis partageant, la tâche de construction et de défense du nid commun. L’organisation interne du nid varie peu d’une espèce à l’autre. On trouve des constructions en disques horizontaux dédiées à l’élevage du couvain. Les parties périphériques sont dédiées au stockage des réserves. Dans le nid vivent l’unique reine, les nombreuses ouvrières, les mâles, le couvain et également une population de reines vierges appelées les princesses. Les disques de couvain, nombreux de 5 à 15 en fonction de la force de la colonie et du diamètre du nid, comportent une unique couche d’alvéoles fermées. À la ponte de l’oeuf, suffisamment de nourriture est disposée dans la cellule pour le développement de la larve jusqu’à sa transformation en nymphe et son émergence. L’alvéole est alors fermée. Le miel et le pollen sont stockés dans des petits pots construits en batumen, une matière faite d’un mélange de cire et de résine.
La construction de l’entrée du nid est remarquable. Elle est très spécifique à chaque espèce et peut être de forme variable, comme un tube plus ou moins long et large, ou encore une sorte de bouche ou d’étoile en relief. La matière utilisée dépend de l’espèce, cela peut être en cire délicate, ou de la résine, de la terre, de la propolis ou d’autres matériaux récupérés dans l’environnement proche. Très souvent des abeilles gardent l’entrée du nid. Elles peuvent être plus ou moins nombreuses, plus ou moins craintives ou agressives.

Plus d’infos sur itsmybeesiness.wixsite.com/imbee
ou sur la page Facebook www.facebook.com/itsmybeesiness

———–

Liens complémentaires (à venir)