Archives mensuelles : octobre 2019

Mentions légales

Merci de lire avec attention les différentes modalités d’utilisation du présent site avant d’y parcourir ses pages. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserves les présentes modalités. Aussi, conformément à l’article n°6 de la Loi n°2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, les responsables du présent site internet www.confedeapi14.fr sont :

Editeur du Site :
Association loi 1901 – Confédération des apiculteurs du Calvados
Responsable éditorial : Adrien Guillemot
Confédération des apiculteurs du Calvados
Adresse : 37, rue Paul Duhomme – 14170 Jort
Tél. : 02 31 69 46 27
Email : confedeapi14@laposte.net
Site web : www.confedeapi14.fr

Hébergement :
Online.net
BP 438 – 75366 Paris CEDEX 08
France

Développement :
Email : administrateur@confedeapi14.fr

Conditions d’utilisation
Ce site www.confedeapi14.fr est proposé en différents langages web (HTML, HTML5, Javascript, CSS, etc…) pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…
L’association en charge de la conception et de la mise en place du site met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations auprès de , et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies
Le site www.confedeapi14.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookies est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations . Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes
Le site de la Confédération des apiculteurs du Calvados propose des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. L’association de la Confédération des apiculteurs du Calvados s’assure contrôler les liens des sites proposés à des fins informatives. Elle ne peut être tenue pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Informations fournies
La Confédération des apiculteurs du Calvados s’efforce de fournir sur le site www.confedeapi14.fr. des informations aussi précises que possible. Les renseignements figurant sur le site www.confedeapi14.fr. ne sont pas exhaustifs et les photos non contractuelles. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne. Par ailleurs, tous les informations indiquées sur le site www.confedeapi14.fr. sont données à titre indicatif, et sont susceptibles de changer ou d’évoluer sans préavis.

Limitation contractuelles sur les données
Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possible et le site remis à jour à différentes périodes de l’année, mais peut toutefois contenir des inexactitudes ou des omissions. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email, à l’adresse administrateur@confedeapi14.fr, en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité.
En conséquence, ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité de la Confédération des apiculteurs du Calvados.

Propriété intellectuelle
Tout le contenu du présent site www.confedeapi14.fr incluant, de façon non limitative, les graphismes, images, textes, vidéos, animations, sons, logos, gifs et icônes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive (hors images et textes crédités) de la confédération des apiculteurs du Calvados à l’exception des marques, logos ou contenus appartenant à d’autres sociétés partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit à la Confédération des apiculteurs du Calvados. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.

Données personnelles
De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.confedeapi14.fr.
Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles que : votre nom, votre fonction, le nom de votre société, votre adresse électronique, et votre numéro de téléphone. Tel est le cas lorsque vous remplissez le formulaire qui vous est proposé en ligne, dans la rubrique « contact ».
Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment celui de solliciter des renseignements sur notre société, ou de recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès.

De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Mot du président

Jort, le 16 décembre 2019

Chères apicultrices, chers apiculteurs,

Une année riche en émotions, canicule, essaimage dans les arbres au rucher école, production de printemps moins importante que prévue… bref une saison apicole bien chargée.

Un printemps assez capricieux, entre coups de chaleurs et grands coups de froid, dans ces cas-là, la récolte en plusieurs fois est une bonne façon d’éviter la cristallisation du miel dans les hausses.

Après la récolte, un creux de miellée de 3 semaines qui a posé le souci de provisions au sein des ruches et qui a nécessité à certains endroits le nourrissement pour éviter que les colonies ne meurent. Un été caniculaire provoquant dans certains lieux des miellées très courtes, mais c’est ce qui se répète depuis déjà plusieurs années dans notre secteur.

La mise en hivernage des ruches très tôt dans la saison permet un traitement plus efficace sur les colonies, l’idéal serait de traiter tous ensemble avant début septembre pour un effet conjoint des différents traitements possibles sur le varroa.
Pour exemple, les techniciens apicoles du GDS Multi-Espèces et le vétérinaire du GDS Apicole ont réalisé un comptage avec le protocole FNOSAD (Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Apicoles Départementales) sur plusieurs ruches, une première dans le Calvados. Au total après 10 semaines de comptage certaines ruches atteignent plusieurs milliers de varroas, ce qui prouve encore l’utilité d’un traitement tôt, en fin de saison, suivi d’un deuxième traitement en janvier selon l’infestation des colonies.

Comme vous pouvez le voir dans le programme du rucher école, des nouveaux cours, en salle, seront proposés cette année afin d’éviter l’arrêt brutal des cours pendant l’hiver et cela permettra aussi de préparer la pratique en apportant de la théorie.

Un grand merci à vous toutes et tous pour votre adhésion et un grand merci aux adhérents du rucher école pour votre régularité et votre enthousiasme.

Au plaisir de se retrouver tous ensemble autour des ruches pour une nouvelle année passionnante.

L’équipe du bureau vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année !

Bien apicolement

Adrien GUILLEMOT
Président

Le Varroa destructor

Le varroa (« Varroa destructor ») est un petit acarien d’environ 1 mm ressemblant à un « tourteau » et agent d’une maladie touchant les colonies d’abeilles, la Varroase. D’origine asiatique, ce parasite connu en France depuis 1982, s’attaque aussi bien aux abeilles adultes, qu’aux jeunes larves.

Ses huit pattes lui permettent de s’accrocher efficacement et de se déplacer d’une abeille adulte à l’autre, voire d’une ruche à l’autre ; il est alors dans sa dite « phase phorétique ». De plus, un puissant rostre lui permet en perforant la cuticule de l’hyménoptère, de se nourrir à la manière d’un « vampire », en pompant l’hémolymphe de son hôte. Hélas, cela est fortement préjudiciable pour l’abeille adulte, d’autant plus si elle héberge plusieurs varroas. En effet, malformations, affaiblissement progressif, sensibilité aux maladies et à terme mort de l’abeille sont les principaux symptômes de la maladie. Sans compter la collection de virus dons le parasite est le vecteur et qui lui seront inoculés !
Le varroa atteint un tel niveau de parasitisme qu’il s’attaque également au couvain, mais cette fois pour sa dite « phase de reproduction ». Pour cela, son cycle de développement est parfaitement calé sur celui de l’abeille. Une fondatrice est ainsi capable de repérer les signaux chimiques libérés par le couvain juste avant l’operculation des cellules contenant des larves de 5 jours, soit au 8e jour après la ponte par la reine.

Elle s’y introduit et s’y laisse enfermer avec la larve durant la nymphose. Elle dispose alors 12 jours dans le couvain d’ouvrière et 15 jours dans le couvain de mâle pour se reproduire et assurer une descendance fertile. Tandis que la larve d’abeille poursuit son développement jusqu’au stade adulte, la fondatrice elle, continue de se nourrir en prélevant régulièrement l’hémolymphe de son hôte. Elle débute ensuite sa ponte, à raison d’un œuf toutes les 30h. Soit au total 6 œufs dans le couvain d’ouvrières et 7 dans le couvain de mâles. Le premier œuf sera un mâle et les suivants seront des femelles. Après éclosion, les œufs évoluent jusqu’au stade adulte en 5- 6 jours, en se nourrissant de l’hémolymphe de la nymphe ; le mâle atteignant sa maturité sexuelle en premier, s’accouple ensuite avec ses sœurs nées successivement.
À l’émergence de l’abeille adulte, la fondatrice et ses filles repassent en phase phorétique, accrochées à leur hôte. Toutes les femelles ne pouvant atteindre leur maturité sexuelle avant l’émergence, on estime qu’à l’issue de cette phase
de reproduction une fondatrice donnera 2 filles fertiles sur couvain d’ouvrières et 3 filles fertiles sur couvain de mâles. Chacune d’elle, y compris la fondatrice pourra par la suite se reproduire à nouveau, à l’intérieur d’autres cellules.

À travers cela, on comprend aisément le caractère exponentiel de la dynamique du développement de la population de varroas au sein d’une ruche au cours de la saison. Toutefois, le Varroa aura une nette préférence pour le couvain de mâles du fait de son cycle de développement un peu plus long (24 jou rs contre 21 jours pour les ouvrières), mais aussi du fait de sa période d’attractivité plus importante avant l’operculation des cellules de mâles. Cela permet d’optimiser sa phase de reproduction en augmentant le nombre de futures fondatrices produites.

La Varroase est une maladie très insidieuse, en particulier pour les apiculteurs débutants. En effet, la petite taille du varroa, ainsi que sa phase de reproduction, cachée à l’abri dans le couvain, peuvent rendre difficilement détectable le niveau d’infestation parasitaire, du moins à première vue. Malgré tout, la présence d’un couvain en mosaïque ou encore, d’abeilles trainantes, aux ailes atrophiées et asymétriques, devant la ruche, doivent nous alerter.

La prévention et le traitement
En l’absence de mesures préventives ou curatives adaptées, une colonie infestée sera vouée à disparaitre dans les 2 ans.
Il est donc indispensable, à défaut de pouvoir totalement l’éradiquer, de maintenir la pression parasitaire la plus basse possible. Pour cela, des mesures prophylactiques doivent être prises.

Par exemple, le piègeage des varroas sur cadre de mâles (celui-ci sera retiré de la ruche une fois les cellules operculées), le recours à des traitements acaricides adaptés (disposant d’une AMM), au cours de l’été et dès que possible après la récolte de miel ; moment de l’année où la pression parasitaire est la plus forte. Bien évidemment, des comptages de chutes naturelles de varroas avant traitement et après traitement seront à réaliser afin d’estimer le niveau d’infestation, ainsi que l’efficacité du traitement. Un second traitement (Acide oxalique), différent du traitement estival afin de ne pas favoriser la sélection de varroas résistants, est également préconisé au cœur de l’hiver, en l’absence de couvain, afin d’éliminer le maximum de varroas phorétiques.
La dynamique du parasite est telle qu’il faut retenir qu’en fin d’hiver, la colonie devra absolument reprendre son développement avec le moins de varroas possibles. C’est la garantie d’un niveau de parasitage acceptable en fin de saison, compatible avec une production satisfaisante de miel et surtout la pérennité de la colonie !

Sources : https://www.insectes-net.fr/varroa/var2.html
http://varroa.fr/le-parasite/cycle-biologique/

Mickaël Gombert

Article tiré du numéro 23 d’À propos lice, bulletin d’informations destiné aux adhérents de la confédération des apiculteurs du Calvados.